Question de Laurent Degallaix – 1er juillet 2014

Merci monsieur le président, mesdames et messieurs les ministres, mesdames et messieurs les députés, chers collègues. Je voudrais tout d’abord adresser une pensée à mon ami Jean-Louis Borloo, qui a quitté il y a quelque temps, le cœur gros, cette assemblée et lui dire toute ma fierté de lui succéder aujourd’hui et de porter après lui la voix de Valenciennes et du Valenciennois.

Monsieur le Premier ministre, vous avez présenté il y a une quinzaine de jours le plan national de la politique de la ville. Or, il me semble que cette présentation n’a pas mis en valeur un pan important, celui de la rénovation urbaine, dont vous connaissez les vertus pour en avoir profité en tant que maire d’Évry. Nous avons le sentiment aujourd’hui que ce plan est à l’arrêt : 1 200 zones prioritaires ont été balayées d’un trait de stylo sans savoir pourquoi, sans obéir à des critères très précis. Aucune information complémentaire ne nous a été fournie sur les financements ou les modalités de répartition.


Vous connaissez aussi bien que moi les grands mérites du plan ambitieux que Jean-Louis Borloo avait lancé et qui va au-delà du fait de rendre de la dignité, grâce au logement, aux populations mais aussi du renouvellement de ces quartiers grâce à l’implantation d’équipements publics structurants.

Monsieur le Premier ministre, quelles mesures fortes souhaitez-vous prendre en termes de méthodologie et de financement pour que la rénovation de ces quartiers puisse se poursuivre au service de leurs habitants ?

Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports. Monsieur le député, je vous félicite pour votre élection.

C’est vrai, il y a quasiment onze ans, jour pour jour, Jean-Louis Borloo présentait son projet de loi relatif à la politique de la ville et à la rénovation urbaine. En cette année où l’agence nationale pour le renouvellement urbain, qui incarnait sa politique, fête ses dix ans, je veux rendre hommage à Jean-Louis Borloo à qui nous savons ce que nous devons.

Ne vous inquiétez pas, monsieur le député, cette politique est non seulement poursuivie mais aussi améliorée car, de fait, le premier programme de rénovation urbaine, lancé il y a dix ans, a fait ses preuves à certains égards. Beaucoup de quartiers en ont profité, au Val Fourré, à Neuhof ou aux Mureaux, mais là encore, nous pouvons donner davantage de perspectives aux habitants des quartiers concernés par la rénovation urbaine. C’est l’objet du nouveau programme de rénovation que nous allons lancer pour les dix prochaines années. Il mobilisera 5 milliards d’euros d’argent public pour améliorer 200 territoires différents qui souffrent des dysfonctionnements les plus graves. Nous veillerons, au-delà de l’habitat et du bâti, à répondre à la demande des habitants en termes d’équipements sociaux pour qu’ils fonctionnent de façon structurelle avec les moyens nécessaires mais aussi en termes de développement économique. Nous ferons en sorte, avec la Caisse des dépôts et consignation d’y investir pour créer des entreprises et soutenir le commerce.

Enfin, pour corriger un défaut du premier programme de rénovation urbaine, nous tâcherons d’y associer totalement les habitants afin qu’ils s’approprient les mesures proposées et qu’ils ne les vivent pas, comme ce fut parfois le cas, avec davantage d’hostilité et d’incompréhension que de satisfaction.

Voilà les mesures que nous nous apprêtons à prendre, monsieur le député.