Nomination de François Brottes à RTE: réaction de Charles de Courson – 24 juillet

« Le candidat Francois Hollande avait, lors de la campagne présidentielle, promis une république exemplaire.

La désignation de Francois Brottes a la tête de RTE démontre qu’il ne s’agissait là encore que d’une promesse électorale.

Comment comprendre en effet que le Président de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale, qui a pour compétence de contrôler RTE, puisse ainsi pantoufler dans cette entreprise ?

Il s’agit d’une pratique scandaleuse qui ne peut malheureusement que nourrir la défiance de nos concitoyens envers les responsables politiques.

Francois Brottes est-il à ce point convaincu qu’il sera battu aux prochaines élections législatives pour s’empresser ainsi d’accepter cette nomination ?

Le projet de loi sur la transparence de la vie économique, annoncé par Michel Sapin il y a deux jours seulement et qui doit être débattu à l’Assemblée nationale début 2016 a déjà du plomb dans l’aile et met en lumière la duplicité de cette majorité sur la question de l’exemplarité.

Le Président de la République et le Premier ministre doivent s’opposer à cette désignation de complaisance. A défaut, ils ne feraient qu’alimenter la défiance qui mine notre démocratie ainsi que le discours des extrêmes. »