chomage

Chiffres du chômage août 2015 : réaction de Philippe Vigier

Cette nouvelle hausse record du chômage, + 20.600 demandeurs d’emploi supplémentaires  par rapport à juillet, est un nouveau coup de semonce pour le gouvernement, incapable de redresser la courbe du chômage malgré les promesses et les annonces rassurantes de François Hollande et de ses ministres depuis le début du quinquennat.

Alors que vient d’être nommée une nouvelle ministre du travail, et que le Président de la République prétend avoir fait de l’emploi sa priorité, aucune mesure nouvelle n’a été annoncée.

Quand allez-vous, Monsieur le Président, lancer la véritable bataille de l’emploi, quand allez-vous donner sérieusement les moyens à votre gouvernement d’enrayer ce véritable fléau qui chaque jour plonge des milliers de Français dans la désespérance. Quand allez-vous réformer profondément le marché du travail et améliorer la compétitivité des entreprises ?

La situation est devenue dramatique. Il faut agir, maintenant car si rien n’est fait urgemment le chômage continuera d’exploser et de plonger définitivement notre pays en récession.

Le groupe UDI ne cesse, depuis le début de la législature de formuler des propositions constructives et ambitieuses pour lutter contre la hausse du chômage. C’est d’une véritable  politique de rupture dont nous avons besoin pour remédier durablement à cette crise sans précédent.

Nous dénonçons avec force la passivité de François Hollande coupable de non assistance à pays en danger alors que se profilent de nouveaux dégâts humains, sociaux et économiques liés à la montée du chômage

Chiffres du chômage en août : Réaction de Philippe Vigier

Un léger répit en trompe-l’œil

Alors que les drames humains liés au chômage se multiplient depuis le début du quinquennat, le groupe Union des Démocrates et Indépendants se réjouit de la légère baisse du nombre de demandeurs d’emplois enregistrée au mois de juillet.

Pour autant, nous estimons que sans  décision  puissante  et rapide  pour réformer profondément le marché du travail et améliorer la compétitivité des entreprises, ce léger  répit sera malheureusement de courte durée et ne permettra pas non plus de réparer les dégâts humains, sociaux et économiques liés au chômage et aux décisions dogmatiques de François Hollande.

A cet égard, le groupe Union des Démocrates et Indépendants s’inquiète tout particulièrement des 45 000 emplois qui pourraient être détruits cette année dans le secteur du bâtiment. Ainsi que nous le réclamions dès le début de cette législature par la voix de Jean-Louis Borloo, il est plus qu’urgent de mettre tout en œuvre pour faire de ce secteur vital pour l’emploi un véritable levier du redressement économique du pays.

Pour notre groupe, il ne pourra y avoir de redressement sans réforme  courageuse  et rapide. Or l’inertie et la passivité du Président de la République, du gouvernement et de la majorité, symbolisée par la démission de François Rebsamen, manifestement plus préoccupé par son avenir personnel que par celui des Françaises et des Français, sont inquiétantes et inacceptables.

Aussi, nous ne pouvons malheureusement qu’être sceptiques quant à la volonté de François Hollande de lancer sans attendre la véritable bataille pour l’emploi et de réformer profondément la France alors qu’il s’est jusqu’ici contenté de multiplier les contrats aidés et d’attendre que la reprise vienne de facteurs extérieurs.