hollande

Chiffres du chômage août 2015 : réaction de Philippe Vigier

Cette nouvelle hausse record du chômage, + 20.600 demandeurs d’emploi supplémentaires  par rapport à juillet, est un nouveau coup de semonce pour le gouvernement, incapable de redresser la courbe du chômage malgré les promesses et les annonces rassurantes de François Hollande et de ses ministres depuis le début du quinquennat.

Alors que vient d’être nommée une nouvelle ministre du travail, et que le Président de la République prétend avoir fait de l’emploi sa priorité, aucune mesure nouvelle n’a été annoncée.

Quand allez-vous, Monsieur le Président, lancer la véritable bataille de l’emploi, quand allez-vous donner sérieusement les moyens à votre gouvernement d’enrayer ce véritable fléau qui chaque jour plonge des milliers de Français dans la désespérance. Quand allez-vous réformer profondément le marché du travail et améliorer la compétitivité des entreprises ?

La situation est devenue dramatique. Il faut agir, maintenant car si rien n’est fait urgemment le chômage continuera d’exploser et de plonger définitivement notre pays en récession.

Le groupe UDI ne cesse, depuis le début de la législature de formuler des propositions constructives et ambitieuses pour lutter contre la hausse du chômage. C’est d’une véritable  politique de rupture dont nous avons besoin pour remédier durablement à cette crise sans précédent.

Nous dénonçons avec force la passivité de François Hollande coupable de non assistance à pays en danger alors que se profilent de nouveaux dégâts humains, sociaux et économiques liés à la montée du chômage

Report des allègements de charges pour les entreprises : Réaction de Philippe Vigier

Incapable de boucler le budget pour 2016, et cédant à la pression de l’aile gauche de la majorité, le ministre des Finances, le gouvernement vient d’annoncer un report des allègements de charges promis aux entreprises dans le cadre du pacte de responsabilité.

Philippe Vigier, Président du Groupe UDI à l’Assemblée nationale, a dénoncé ces dernières semaines les multiples annonces électoralistes de François Hollande, dont aucune n’était financée. Ce sont aujourd’hui les entreprises françaises qui font les frais de ces promesses démagogiques.

Les reniements du Président de la République sont malheureusement devenus la marque de fabrique de son quinquennat. Cet énième mensonge ne pourra que fragiliser plus encore la parole publique et la confiance des entreprises, pourtant indispensable au retour de la croissance.

Les erreurs du Gouvernement ont fait perdre trois ans à la France. Alors que le chômage continue de s’envoler, nous ne pouvons pas perdre trois mois de plus : il est indispensable que le Gouvernement mette en œuvre immédiatement l’intégralité du pacte de responsabilité. A défaut, ce pacte, pourtant présenté comme la pierre angulaire du quinquennat en faveur la croissance et l’emploi, ne serait que le reflet éclatant de l’échec de Manuel Valls face à l’archaïsme de sa majorité, qui n’a cessé de vouloir le mettre à mal.

Conférence de presse de François Hollande : réaction de Philippe Vigier

Sur le plan national, le Président de la République a annoncé une baisse de l’impôt sur le revenu pour les Français les plus modestes. Alors que depuis le début du quinquennat, 9 français sur 10 ont été touchés par un matraquage fiscal sans précédent, nous déplorons que le gouvernement, une nouvelle fois, laisse sur le bord du chemin l’immense majorité des classes moyennes.

Pour 11 millions de ménages, les impôts continueront donc d’augmenter, malgré les promesses de pause fiscale du Président de la République. En effet, cette mesure démagogique n’étant pas financée, il est à craindre que les réductions d’impôt accordées aux uns ne se traduisent par des hausses pour les autres, à l’opposé de toute justice fiscale.

Nous demandons au Président de la République de tenir enfin ses engagements vis-à-vis des Françaises et des Français, à qui il a tant demandé depuis trois ans, en répartissant de manière juste le fruit des efforts consentis par tous nos concitoyens.

Sur le plan de la politique internationale, nous ne pouvons qu’apporter notre soutien à l’annonce de vols de reconnaissance aériens en Syrie.

En revanche, nous regrettons le flou entretenu par François Hollande sur l’opportunité de frappes aériennes en Syrie. Alors que la progression de Daech s’accompagne de massacres et d’une crise migratoire sans précédent, devant laquelle le Président de la République a trop tardé à en comprendre l’ampleur.

En outre, si François Hollande a réaffirmé son opposition à une intervention au sol, cette question reste malheureusement et irrémédiablement posée car, a terme, elle constitue sans doute la seule manière de remporter cette guerre contre Daech. Seules les interventions au sol des Kurdes ont d’ailleurs permis de vraiment faire reculer les terroristes jusqu’ici.

Cette intervention au sol ne pourra se faire que dans le cadre d’une coalition large, sous l’autorité des Nations unies. Nous regrettons que François Hollande n’ait annoncé aucune initiative de la France en ce sens.

Chiffres du chômage en août : Réaction de Philippe Vigier

Un léger répit en trompe-l’œil

Alors que les drames humains liés au chômage se multiplient depuis le début du quinquennat, le groupe Union des Démocrates et Indépendants se réjouit de la légère baisse du nombre de demandeurs d’emplois enregistrée au mois de juillet.

Pour autant, nous estimons que sans  décision  puissante  et rapide  pour réformer profondément le marché du travail et améliorer la compétitivité des entreprises, ce léger  répit sera malheureusement de courte durée et ne permettra pas non plus de réparer les dégâts humains, sociaux et économiques liés au chômage et aux décisions dogmatiques de François Hollande.

A cet égard, le groupe Union des Démocrates et Indépendants s’inquiète tout particulièrement des 45 000 emplois qui pourraient être détruits cette année dans le secteur du bâtiment. Ainsi que nous le réclamions dès le début de cette législature par la voix de Jean-Louis Borloo, il est plus qu’urgent de mettre tout en œuvre pour faire de ce secteur vital pour l’emploi un véritable levier du redressement économique du pays.

Pour notre groupe, il ne pourra y avoir de redressement sans réforme  courageuse  et rapide. Or l’inertie et la passivité du Président de la République, du gouvernement et de la majorité, symbolisée par la démission de François Rebsamen, manifestement plus préoccupé par son avenir personnel que par celui des Françaises et des Français, sont inquiétantes et inacceptables.

Aussi, nous ne pouvons malheureusement qu’être sceptiques quant à la volonté de François Hollande de lancer sans attendre la véritable bataille pour l’emploi et de réformer profondément la France alors qu’il s’est jusqu’ici contenté de multiplier les contrats aidés et d’attendre que la reprise vienne de facteurs extérieurs.